Lisa Moore, CCPA

Biographie

J’ai grandi dans une petite ville dans le nord de l’Alberta. J’ai obtenu un baccalauréat ès arts en littérature comparée et en anglais à l’Université de l’Alberta, avant de déménager à Winnipeg, au Manitoba. Mon parcours professionnel comprend presque dix ans en tant que conseillère en politiques et gestionnaire de dossiers pour le premier ministre du Manitoba ainsi que gestionnaire de projet dans le comité du Cabinet du premier ministre chargé de la politique et de la planification. Grâce à mon emploi au gouvernement, j’ai gagné de l’expérience en communications stratégiques, développement de politiques et gestion des dossiers. J’ai également de l’expérience en arts littéraires et de la scène en tant que musicienne, auteure publiée et membre du conseil d’administration de la revue littéraire Prairie Fire.

De 2014 à 2016, lorsque j’étais étudiante au programme de maîtrise d’adjoint au médecin de l’Université du Manitoba, j’ai représenté les étudiants à l’ACAM. J’ai obtenu ma maîtrise en études d’adjoint au médecin (MPAS) en 2016, et je suis enthousiaste et fière de travailler comme AM dans le domaine exigeant des soins traumatologiques et de courte durée au Health Sciences Centre de Winnipeg.

Dans des provinces telles que le Manitoba, nous avons fait beaucoup de chemin en tant que professionnels de la santé ces 10 dernières années, mais il nous reste du travail concernant la sensibilisation du public et la création de relations avec les représentants élus et les décideurs politiques des gouvernements provinciaux et fédéraux. J’ai hâte de découvrir ce que l’avenir réserve à notre profession et comment nous utiliserons notre potentiel illimité pour permettre aux soins des patients de se poursuivre en s’améliorant, dans tous les domaines de la médecine.

 

Plate-forme présidentielle de l’ACAM, région des Prairies

Je crois que défendre notre profession et communiquer publiquement sont deux éléments clés de la durabilité et de l’expansion de la réussite des AM dans les provinces des Prairies. Si je suis élue, je ferai usage de mes années d’expérience auprès du gouvernement pour collaborer avec les médias et les législateurs afin de faire progresser la profession d’AM dans la région.

  • La défense réalisée par l’ACAM est une fonction nationale importante de notre association. Elle doit être tournée vers les responsables provinciaux et fédéraux, notamment en ce qui concerne la réglementation pour que les AM soient reconnus comme des professionnels au niveau fédéral sous la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.

Je défendrai également le métier d’AM dans la région des Prairies des manières suivantes :

  • En agissant comme une collaboratrice accessible et compétente auprès des représentants du gouvernement dans les provinces dans lesquelles travaillent des AM et comme une fervente défenseuse de l’introduction des AM là où la profession n’est pas intégrée aux services de santé.
  • Par la réalisation de sondages semestriels des membres de l’ACAM pour déterminer les priorités des AM dans leurs différents domaines de travail, et en soumettant ces idées à la direction de l’ACAM et aux représentants dans les gouvernements provinciaux et fédéraux.
  • En encourageant les AM des Prairies (y compris les étudiants) à être des membres actifs de l’ACAM grâce à des réunions régulières en personne ou par téléphone.
  • En tant qu’AM, nous devons avoir conscience de la manière dont le public perçoit notre profession et travailler régulièrement pour mieux sensibiliser le public à la portée et la valeur de notre rôle au sein des équipes médicales. Nous avons déjà fait de grands pas en avant en ce qui concerne la sensibilisation à la profession d’AM et à nos compétences, mais nous pouvons en faire plus. C’est pourquoi je mets la priorité sur le renforcement du travail d’éducation publique dans les provinces des Prairies. Cela passe par :
  • Établir des relations avec les médias dans les communautés urbaines et rurales afin d’assurer que les membres des communautés ont conscience du rôle des AM dans leurs soins et de l’ampleur et la portée de la profession.
    • Les AM qui travaillent dans des zones rurales ou isolées ont le potentiel pour devenir des chefs de file médicaux dans leurs communautés et leurs rôles dans ces communautés devraient être soulignés par les médias locaux et lors des évènements locaux ayant trait à la santé.
  • Travailler à la réalisation et la publication d’un répertoire des AM afin de se présenter comme des experts médicaux accessibles et des défenseurs de la santé auprès des médias et des autres organismes à la recherche de commentaires sur divers sujets de santé (par ex. la santé rurale, la médecine de famille, la psychiatrie).
  • Promouvoir activement la couverture médiatique de la profession et des questions de santé connexes, représenter les AM et les présenter comme des membres hautement formés et importants pour des équipes de soins de santé durables.