L’ASSOCIATION CANADIENNE DES ADJOINTS AU MÉDECIN LANCE UN APPEL AUX GOUVERNEMENTS PROVINCIAUX AFIN D’AMPLIFIER LA PROFESSION D’AM ET DE TIRER DES LEÇONS DE L’EXPÉRIENCE VÉCUE AUX ÉTATS-UNIS

Quatre mille adjoints au médecin (AM) se dirigeront vers Toronto à l’occasion d’IMPACT 2012, le 40e congrès annuel de l’American Association of Physician Assistants (AAPA). Pendant la tenue d’IMPACT 2012, les AM canadiens lanceront un appel aux gouvernements provinciaux afin de tirer des leçons de l’expérience vécue par leurs homologues américains.

Malgré le ralentissement de l’économie, la profession d’AM aux États-Unis continue de connaître un essor rapide. Il y a là-bas actuellement plus de 84 000 AM agréés qui exercent leur profession, ce qui constitue une hausse de 100 % en 10 ans. L’AAPA prévoit que d’ici 2025, il y aura 110 000 AM aux États-Unis à qui, chaque année, plus de 350 millions de patients rendront visite.

En 2010, le magazine CNN Money classait la profession d’AM au deuxième rang de son palmarès des meilleurs emplois en Amérique. L’année suivante, le magazine Forbes qualifiait le grade de maîtrise d’AM de meilleur grade pour trouver un emploi aux États-Unis. Là-bas, la profession d’AM existe depuis plus de 40 ans. Au Canada, bien que des AM soient au service des Forces canadiennes depuis presque 50 ans, le concept d’AM civil est relativement nouveau. Néanmoins, grâce à leurs grandes aptitudes et à leur démarche fondée sur le travail d’équipe dans la prestation des soins de santé, les AM civils font déjà bonne impression auprès des médecins, des administrateurs d’hôpitaux et – fait important – des
patients.

Selon Tim Ralph, adjoint au médecin canadien certifié (CCPA) et président de l’Association canadienne des adjoints au médecin (ACAM) : « La profession n’est pas aussi bien documentée au Canada qu’aux États-Unis parce que seulement quelques centaines d’AM exercent leur profession ici. Cependant, des données révèlent qu’un AM qui travaille à un service d’urgence peut contribuer à diminuer le temps d’attente des patients. Nous savons également que les médecins qui travaillent avec des AM se disent très satisfaits de leur expérience. »

D’après Robert Wooten, adjoint au médecin certifié (PA-C) et président de l’AAPA : « La présence d’AM au sein des équipes de soins de santé répond manifestement à un besoin vital. Les AM permettent d’élargir l’accès à des soins de santé de qualité qui sont bénéfiques pour les patients et financièrement avantageux pour le système des soins de santé. Nous nous réjouissons à l’idée de partager avec nos collègues du Canada le congrès des AM le plus important au monde. »

On compte en ce moment 164 programmes de formation des AM aux États-Unis, dont cinq lancés au cours de la dernière année, et l’AAPA prévoit que ce nombre continuera de croître. Récemment, le gouvernement Obama a octroyé 32 M$ sous forme de subventions à 28 programmes de formation des AM pour contribuer à mettre en place l’effectif des soins de santé primaires aux États-Unis.

Au Canada, il y a actuellement quatre programmes agréés pour les AM, lesquels sont offerts par le Centre d’instruction des Services de santé des Forces canadiennes, l’Université du Manitoba, l’Université McMaster, et le Consortium de formation des AM (l’Université de Toronto, l’École de médecine du Nord de l’Ontario, et le Michener Institute for Education at UHN). Au total, ces programmes permettent chaque année de décerner un grade à environ 75 AM.

Au cours d’IMPACT 2012, qui se tiendra du 26 au 31 mai au Palais des congrès de la communauté urbaine de Toronto, des experts de haut niveau feront part de leurs recherches. Les résultats du sondage mené en 2011 auprès des AM canadiens feront également l’objet de discussions quant aux données saisies sur la croissance de la profession et le recours à celle-ci.

La tenue d’IMPACT 2012 à Toronto donne aux AM canadiens l’occasion de rencontrer leurs homologues américains et d’échanger des idées. Au dire de Jodi Pachal, une CCPA au service d’une clinique orthopédique en Ontario : « Au Canada, les AM sont très éparpillés et isolés, et il existe encore des entraves qui empêchent les AM d’œuvrer pleinement dans leur champ d’activité. Il fait bon de se trouver au Palais des congrès et de croiser des AM américains qui travaillent dans les domaines de la chirurgie cardiaque, de la radiologie d’intervention ou de la traumatologie. Ces gens sont considérés
comme des experts en la matière. J’aimerais bien voir les gouvernements provinciaux au Canada prendre conscience du grand potentiel des AM, à l’exemple des gouvernements d’État au sud de la frontière. »

Les AM ont étudié le modèle médical, ils exercent leur profession dans divers établissements médicaux et domaines de spécialisation, et ils travaillent au sein d’équipes dirigées par un médecin et en collaboration avec d’autres fournisseurs pour assurer en équipe la prestation de soins de santé de grande qualité. D’après une étude réalisée en 2008 par le centre médical de l’Université Duke, les AM permettent au système de soins de santé de réaliser des gains d’efficience. Au fond, les AM contribuent à élargir l’accès aux services des médecins et à rehausser les soins dont un médecin devrait assurer la prestation, s’ils n’y étaient pas. Compte tenu du vieillissement de la population et de l’explosion du nombre de patients atteints de maladies chroniques, les AM peuvent jouer un rôle crucial au sein de l’équipe des soins de santé.

Pour en savoir plus sur le congrès de l’AAPA et les AM au Canada, ou obtenir un entretien avec les AM canadiens ou américains, veuillez communiquer avec :

Natalie St-Pierre
Gestion des communications et du marketing, ACAM
613-854-0675
nst-pierre@capa-acam.ca

Patrick Dunne
Gestionnaire supérieur, Communications, AAPA
571-319-4394
pdunne@aapa.org

Au sujet de l’ACAM : L’Association canadienne des adjoints au médecin est une association professionnelle bilingue, constituée à l’échelle nationale, qui défend les intérêts de ses membres, sous la direction d’un conseil d’administration bénévole représentant des adjoints au médecin (AM), des AM étudiants et d’autres membres partout au Canada et à l’étranger. L’ACAM compte des membres dans toutes les régions du Canada et au sein des Forces canadiennes. Ces derniers partagent la volonté de contribuer au développement des soins de santé au Canada et de promouvoir le modèle propre à la profession : des soins de santé de qualité axés sur la coopération, la collaboration et le patient. Consultez le www.capa-acam.ca pour en savoir plus.

Au sujet de l’AAPA :
Créée en 1968, l’American Academy of Physician Assistants (AAPA) est la société professionnelle nationale des adjoints au médecin (AM) aux États-Unis. Elle représente la profession de 84 250 AM agréés dans tous les domaines de spécialisation médicale ou chirurgicale au sein de 50 États, du District de Columbia, de la plupart des territoires américains et des services où le personnel porte l’uniforme. L’AAPA défend les intérêts de la profession des AM et des patients qui consultent ces derniers, et elle joue un rôle de formation à cet égard. Elle travaille en vue de la croissance professionnelle, de l’excellence personnelle et de la reconnaissance des adjoints au médecin, et elle veut accroître la capacité de ces derniers à rehausser la qualité, l’accessibilité et le rapport coûtefficacité des soins de santé axés sur les patients. Consultez le www.aapa.org (site en anglais seulement) pour en savoir plus

PDF